Périnée, le muscle du plaisir !

Depuis des siècles, en Asie, le périnée est considéré comme « muscle du plaisir ». En Europe, pendant ces même siècles, la notion de plaisir était tabou.

Or nous savons maintenant, grâce au travaux de certains* que le périnée a un rôle prédominant tant pour la femme que pour l’homme dans la relation sexuelle.

Cette plaque musculaire, composée de nombreux muscles répartis sur 2 niveaux a une incidence importante sur le bon déroulement de l’acte sexuel et sur le plaisir que chacun en tire.

Lors de la phase d’excitation, le plan superficiel entraine une turgescence du clitoris ce qui entraine une augmentation de sa sensibilité lors des contacts, une vidange des glandes de Bartholin (meilleure lubrification vulvo-vaginale) ainsi qu’une réduction de l’orifice vaginal.

Les muscles profonds, resserrent le tiers externe du vagin et augmente son angulation ce qui accentue les sensations et la perception des mouvements coïtaux.

Ce resserrement du canal ainsi que les contraction du périnée pendant le rapport compriment la verge du partenaire ce qui, par augmentation de la pression intra-caverneuse, entretient et augmente la rigidité de celle-ci.

En conséquence, un entrée vulvaire tonique et des releveurs de qualités ont un effet hautement positif pour les deux partenaires.

En revanche, un plancher pelvien trop tonique, ce qui est de plus en plus fréquent, peut générer des dyspareunies (douleurs lors des rapports) et même dans certains cas rendre impossible toute pénétration. Heureusement, la kinésithérapie périnéale permet de corriger ce problème.

* Travaux d’Albert MAMBERTI-DIAS

 

Jean Bourdin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *