Publié le

Sport, femmes et périnée !

Comme chaque année, les bonnes résolutions de la rentrée scolaire entraînent l’inscription de nombreuses femmes aux activités en vogue telles zumba ou fitness. En l’absence de contre-indications médicales, les femmes peuvent faire de l’exercice et en tirer bénéfice. Le sport au féminin est aujourd’hui recommandé par l’HAS. Cependant, cet organisme identifie la pratique intensive d’exercices physiques comme un facteur de risque d’incontinence urinaire mais également de troubles de la statique pelvienne. Il s’agit essentiellement de pathologies survenant du fait du phénomène d’hyperpression intra abdominale, inhérent à certains exercices et dépassant les capacités sphinctériennes et les forces périnéales à supporter ces contraintes. Certains sports étant plus délétères que d’autres et les sportives de haut niveau étant les plus exposées.

Les motivations pour le sport sont variées : l’envie d’être bien dans sa peau, le détente, le plaisir de la dépense physique et la santé du corps. Alors comment bien choisir son activité ? Une femme peux avoir chaussé ses baskets pour aller courir après sa grossesse ou s’être inscrite dans une salle de sport pour perdre quelques kilos de trop et le drame survient : « j’ai perdu des gouttes de pipi, qu’est ce que je peux faire ? Est ce que cela est grave?

Tout d’abord, il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin ou son kinésithérapeute. Le sujet est encore très tabou dans la population en géréral et plus particulièrement  chez les sportives de haut niveau.  Ensuite, un bilan global pelvi-périnéale et postural sera préconisé par un praticien formé. Les éléments du bilan recherchés sont des muscles du plancher pelvien (« périnée ») compétents, ni trop mous, ni trop toniques et se mobilisant en synergie et en harmonie avec les muscles abdominaux et le diaphragme. Enfin, cette compétence globale musculaire et respiratoire pourra être travaillée au cours de séances de rééducation avec un kinésithérapeute spécialisé et transposée à l’activité sportive de la patiente. Une séance d’exercice en cabinet devra être complété par des exercices d’autorééducation à domicile pour des résultats plus probants.

L’adaptation voir la modification de l’activité physique en intensité, en fréquence ou le type même de l’activité est à envisager. Certains sports avec impacts au sol seront plus à risque d’incontinence urinaire. En tête de liste se trouvent le trampoline, la gymnastique, l’aerobic ou la danse intense puis talonnent juste derrière de nombreux sports collectifs, de combat et la course à pied, enfin, de façon plus modérée, le tennis et le ski. Les sports à faibles risques sont la natation, la marche, le vélo, le roller et le golf.

Enfin, à chaque période de la vie d’une femme, le périnée au sport pourra être sollicité voir maltraité. Une sportive de haut niveau en trampoline nullipare a 80% de risque d’avoir une fuite à l’effort et une jeune nageuse à un haut niveau a 4,5% de risque d’avoir une incontinence urinaire. 20 ans après, les chiffres entre les 2 groupes d’athlètes s’égalisent. En effet, ils y a d’autres facteurs de risques d’incontinence urinaire à long terme : le nombres des naissances, le surpoids, les traumatismes pelvi périnéaux, l’imprégnation hormonale…

Le sport au féminin et le périnée au sport sont des sujets dont il ne faut pas parler tout bas. Alors avant d’effleurer l’idée de l’arrêt de l’activité, parlez en autour de vous !

 

Claire Chevillard

Publié le

Périnée, le muscle du plaisir !

Depuis des siècles, en Asie, le périnée est considéré comme « muscle du plaisir ». En Europe, pendant ces même siècles, la notion de plaisir était tabou.

Or nous savons maintenant, grâce au travaux de certains* que le périnée a un rôle prédominant tant pour la femme que pour l’homme dans la relation sexuelle.

Cette plaque musculaire, composée de nombreux muscles répartis sur 2 niveaux a une incidence importante sur le bon déroulement de l’acte sexuel et sur le plaisir que chacun en tire.

Lors de la phase d’excitation, le plan superficiel entraine une turgescence du clitoris ce qui entraine une augmentation de sa sensibilité lors des contacts, une vidange des glandes de Bartholin (meilleure lubrification vulvo-vaginale) ainsi qu’une réduction de l’orifice vaginal.

Les muscles profonds, resserrent le tiers externe du vagin et augmente son angulation ce qui accentue les sensations et la perception des mouvements coïtaux.

Ce resserrement du canal ainsi que les contraction du périnée pendant le rapport compriment la verge du partenaire ce qui, par augmentation de la pression intra-caverneuse, entretient et augmente la rigidité de celle-ci.

En conséquence, un entrée vulvaire tonique et des releveurs de qualités ont un effet hautement positif pour les deux partenaires.

En revanche, un plancher pelvien trop tonique, ce qui est de plus en plus fréquent, peut générer des dyspareunies (douleurs lors des rapports) et même dans certains cas rendre impossible toute pénétration. Heureusement, la kinésithérapie périnéale permet de corriger ce problème.

* Travaux d’Albert MAMBERTI-DIAS

 

Jean Bourdin

Publié le

Top 5 des symptômes qui montrent que vous avez besoins de muscler votre périnée !

Trop souvent négligés, certains symptômes pourtant connu peuvent être liés à votre périnée ! Voici un top 5 des symptômes qui montrent que vous devriez peut être envisagée des exercices de musculations:

1.Vous n’arrivez pas à vous retenir pour faire pipi.

Et oui, il n’y a pas que les personnes âgées qui vont souvent aux toilettes ! « La vessie est un organe qui met en place un mécanisme réflexe très sophistiqué pour retenir l’urine lorsque l’on tousse ou que l’on éternue. Mais, si elle se retrouve en dehors de son enceinte de pression, elle ne réagit plus à l’hyperpression, laissant échapper des fuites d’urine à l’effort ». Ce phénomène est assez banal chez les femmes de plus de 50 ans qui ont accouché par les voies naturelles d’un ou de plusieurs enfants mais également chez les femmes qui pratiquent le sport ou certaines activités « stressantes ».

2.Une gène au niveau du bassin ou de la vulve.

Certainement l’une des parties les plus intimes de votre corps, et pourtant de nombreuses femmes ressente une gêne parfois handicapante…

3.Une sensation de pesanteur dans le bas du ventre.

Lourdeur, sensation de fatigue, « pas dans son assiette » … La sensation de pesanteur dans le bas du ventre peut être due à un périnée qui n’est pas assez musclé. Cette sensation peut s’avérer parfois oppressante surtout après de longues heures au bureau assis sur une chaise !

4.Douleurs lombaires permanentes.

Le mal de dos … un problème qui touche 80% des Français ! Et pourtant, ce problème provient souvent d’un manque de renforcement musculaire, le périnée n’en ait pas exempté !

5.De moins en moins de plaisir sexuel.

Vous n’avez plus la sensation du premier soir ? Vous n’avez plus autant de plaisir au lit avec votre partenaire ? Ceci peut être dû à un périnée trop « mou ». En effet, le périnée joue un rôle essentiel dans le plaisir sexuel de vous et votre partenaire. Alors, vous attendez quoi pour reprendre du plaisir ?

Vous avez l’un de ses symptômes ? Muscler son périnée peut pallier à ces problèmes !

 

Publié le

Périnée GO!

L’été est enfin arrivé et on se remet au sport. Mais attention, certaines activités ne sont pas bonnes pour notre périnée. Aujourd’hui, Laure de CSporFit  vous explique les effets du sport sur ce muscle et l’importance de la rééducation périnéale.

 

Pas de Pokémon GO chez CSporFit mais plutôt une nouvelle appli qui vaut le détour. Rappelez-vous, avant l’été nous vous mettions en garde sur les dangers de certaines pratiques, visant à renforcer les abdos, notamment sur le périnée. Péri…quoi? Même si le nom a déjà été entendu de tous, rares sont ceux qui maîtrisent le sujet.

Alors c’est parti!

L’heure des présentations

Le périnée est aussi appelé plancher pelvien. C’est un ensemble de muscles qui vient soutenir et refermer le bas de l’enceinte abdominale (d’où le terme de plancher). Il est tendu tel un hamac entre le pubis et le bas de la colonne vertébrale (coccyx).

Bien que les hommes en soient pourvus, il est, de part son anatomie, plus fragile chez la femme.

Son rôle principal est de supporter et d’amortir les augmentations de pressions qui se font à l’intérieur du caisson abdominal. Il constitue le dernier rempart avant une poussée voir une sortie de certains organes vers la lumière…(oui oui c’est possible et pas joli joli).

Sous l’effet de la répétition et de l’intensité des pressions, la force du périnée va diminuer jusqu’à ne plus retenir assez les poussées descendantes qui s’exercent sur lui.

C’est dans ce contexte que l’on commence à ressentir des fuites urinaires d’effort et/ou une sensation de pesanteur dans le vagin (descente d’organe). Ces désagréments peuvent aussi bien se retrouver chez une gymnaste de haut niveau de 20 ans que chez la jeune maman qui a eu un accouchement difficile ou encore chez la femme ménopausée.

 

01

 

 

Comment faire pour renforcer son périnée ?

Tout d’abord en évitant les poussées intempestives; les actions préventives ont une place importante dans la santé actuelle et future du périnée de chacun.

Pour prendre conscience de son périnée et de sa force, la rééducation périnéale est un moyen efficace. Elle est réalisée en cabinet par un praticien reconnu (kinésithérapeute /sage femme) et est souvent effectuée au moment du post-partum ou en raison d’incontinence. C’est en général un moment de découverte pour les femmes.

Cela permet d’évaluer et de stimuler la reprise de force du périnée en étant encadré par un professionnel. Lorsque les séances s’arrêtent, peu de femmes poursuivent leur entrainement par manque d’informations, de motivation, de temps, d’intérêt etc…

Mais bonne nouvelle, il est maintenant possible pour les femmes, quel que soit leur profil, de continuer à se tonifier ou de s’entraîner en complément de leurs séances de façon autonome pour un résultat optimal.

Et cela n’a plus rien d’ennuyeux puisque vous allez travailler en jouant!

 

Play

 

« Une game boy nouvelle génération pensée au féminin… »

 

Perifit a mis au point une sonde vaginale que l’on peut connecter à son smartphone afin de renforcer la force de son périnée tout en jouant.

Ludique, motivant, facile et à disposition, Perifit est l’accessoire fitness qui rend accessible à toutes une découverte de la puissance de son mystérieux périnée ainsi que la possibilité de suivre ses progrès…step by step!

Alors, partante pour une séance de fitness périnéal à la maison?

 

La sonde et l’application à télécharger seront disponibles en octobre prochain. Vous pouvez vous inscrire sur le site www.perifit.fr pour rester informées.

 

 

Laure

Publié le

Les symptômes urinaires chez la femme

Qu’est-ce que l’incontinence urinaire?

L’incontinence urinaire est une fuite involontaire d’urine dont se plaint la patiente.

Il convient d’en préciser le type (incontinence urinaire d’effort ou incontinence par urgenturie de type psychogène ou moteur), la fréquence, la sévérité, les facteurs déclenchant et l’impact sur la qualité de vie et sur la vie sociale.

pexels-photo

Les différents types d’incontinence:

Incontinence urinaire d’effort: fuite involontaire d’urine lors d’un effort physique, lors de la toux et d’éternuements. Elle est incontrôlable et non précédée d’un besoin d’uriner.

 

Classification de Stamey des trois stades d’incontinence urinaire d’effort:

– Stade 1: toux, rire, éternuement

– Stade 2: marche rapide, port de charge, changement de position.

– Stade 3: au moindre effort.

 

La physiopathologie de l’incontinence urinaire à l’effort est multifactorielle: insuffisance sphinctérienne, hyper mobilité urètrale, dysfonctionnement neuromusculaire.

 

Urgenturie: désir soudain, impérieux et fréquemment irrépressible d’uriner. (synonyme : urgence mictionnelle).
L’International continence society fait la distinction entre:

– Incontinence urinaire par urgence: Perte d’urine en rapport avec un besoin anormal par sa brutalité et son intensité d’uriner.
– hyperactivité vésicale: Survenue spontanée ou provoquée de contractions vésicales non inhibées.

 

L’incontinence urinaire mixte c’est l’association de l’incontinence urinaire d’effort et de l’incontinence par urgenturie.

 

Thérapeuthique:

Le périnée est un muscle constitué à 60 / 70% de fibres lentes et à 30/40% de fibres rapides.

– L’incontinence urinaire d’effort fera appel au travail des fibres rapides, soit un travail de 2 s. La progression de la rééducation se fera vers un verrouillage périnéal à l’effort, soit un automatisme périnéale.

– L’urgenturie fera appel au reflexe III de Mahony , (périnéo inhibiteur détrusorien) soit avec des contractions longues c’est-à-dire maintenues 10 à 12 s.

 

Bien évidemment il faudra à terme travailler l’ensemble des fibres musculaires mais avec comme première intention répondre à la plainte de la patiente.

Publié le

Qu’est-ce que le biofeedback en pelvi périnéologie ?

Le  biofeedback est une technique grâce à laquelle on utilise des informations relatives à une fonction normalement inconsciente du corps pour en acquérir un contrôle conscient, volontaire dans le but d’apporter des modifications à cette fonction.

Dans le domaine de la périnéologie les muscles cibles seront les élévateurs de l’anus, et l’on demandera différents exercices sur un mode contractile en favorisant soit un travail d’endurance soit un travail en rapidité, et cela avec des intensités de force musculaire variable en fonction de ce que l’on cherche à développer sur l’acquisition volontaire musculaire.

Le capteur (sonde endovaginale) placé dans le vagin sera chargé de récupérer des signaux de l’activité des muscles élévateurs, ces signaux seront traités par l’appareil biofeedback et seront transformés en informations visuelles / auditives expédiées vers l’ordinateur ou votre androïd afin d’en analyser le comportement musculaire.

Le recueil des informations doit se faire en temps réel.

 

Il s’agit d’une technique qui ne doit rien avoir de subjectif.

 

Aujourd hui grâce aux avancés technologiques, prendre conscience de la contraction périnéale est un jeu d’enfant : perifit vient de sortir la game boy du périnée.

Publié le

Adoptez les pauses périnée

Premier rempart contre les petites fuites : un périnée tonique. Pour cela, quelques exercices à pratiquer soi-même, au quotidien, sont nécessaires : une autodiscipline simple, discrète mais efficace, à pratiquer à peu près n’importe où…

Pourquoi faire travailler régulièrement son périnée ?

Parce que la tonicité du périnée n’est pas acquise une fois pour toute. Comme pour n’importe quel muscle, elle s’entretient. Et ce, toute sa vie, d’autant qu’en vieillissant, tous nos tissus se fragilisent, surtout si on ne s’en occupe pas !

 

Avec quelle fréquence ?

Tous les jours, voire deux fois par jour. Cela n’a rien de vraiment contraignant dans la mesure où on fait travailler son périnée, assise ou débout et tout en faisant autre chose : à son bureau, en téléphonant, dans les transports, au restaurant, en poussant le landau…

 

Pourquoi aussi souvent ?

Le but de ces petites pauses périnée est d’arriver à une forme d’automatisme pour qu’en cas d’hyper pression abdominale (toux, fou rire, portage d’une charge…), le réflexe soit immédiat : on contracte son périnée.

 

Comment fait-on travailler son périnée en toute discrétion ? 

Tout simplement en faisant « comme si » on retenait son urine, ou un gaz ou comme si on voulait resserrer les parois de son vagin. Il faut faire cet exercice tranquillement, à l’expire et relâcher après un temps de repos assez long entre chaque contraction périnéale. Cela doit être calme et lent.

 

Faire travailler régulièrement son périnée permet-il d’éviter les fuites ?

Si cela ne permet pas d’être certaine à 100% de ne jamais avoir de petites fuites, c’est cependant le moyen le plus facile et à la portée de chacune de  mettre toutes les chances de son côté.

 

Les effets de la rééducation périnéale ne sont pas immédiats. Que faire en attendant pour rendre les petites fuites supportables ?

Utiliser des protections adaptées aux petites fuites. Conçues spécifiquement pour ce type de problématiques, elles permettent de vivre tout à fait normalement, de sortir, de faire du sport en toute tranquillité, en attendant que les choses rentrent dans l’ordre.

 

En pratique

Quand on a du mal à localiser son périnée, ce qui est le cas de 30 à 40 % des femmes qui contractent les fessiers ou les abdos en croyant contracter leur périnée, on peut pratiquer une fois, exceptionnellement « le stop pipi ». Au début de la miction, quand la pression est donc encore forte, on  bloque son urine, puis on relâche : cela  permet de sentir la contraction périnéale.

Attention, il s’agit d’un test à faire de façon exceptionnelle, et jamais plus d’une fois au cours d’une miction car on perturbe les réflexes qui permettent à la miction de se faire normalement et notamment à la vessie de se vider jusqu’au bout. D’où des risques de cystite.

Le « stop pipi » n’est en aucun cas un mode de rééducation.

Penser à faire travailler son périnée relève de l’hygiène de vie. En faire un réflexe n’est cependant pas si simple…

L’astuce : ne jamais se maquiller ou se démaquiller sans contracter son périnée. A force, cela deviendra totalement inconscient !

Publié le

Perifit se fait racheter par Google !

Nous sommes heureux de vous annoncer que Google vient de racheter Perifit. Cette annonce surprise fait suite à la volonté de Google d’étendre son périmètre vers les technologies médicales. Larry Page, le fondateur de Google, s’est exprimé au sujet de cet investissement : « Avant de lancer Google, mon rêve a toujours été de rendre la rééducation périnéale ludique et mobile, je pense aujourd’hui que nous pouvons aller beaucoup plus loin avec Perifit ».

En effet, en plus de jouer à des jeux vidéos sur smartphone avec Perifit, le géant de la Silicon Valley souhaite que Perifit permette de lancer une recherche sur Google ou d’écrire un mail sur Gmail. La Google Car n’est pas en reste puisqu’un département entier de la start-up californienne est déjà à l’oeuvre pour intégrer Perifit directement dans les voitures autonomes.

C’est une nouvelle page qui se tourne pour Perifit, nous allons maintenant mettre tout en oeuvre pour relever ce nouveau défi qui s’offre à nous.

Nous souhaitons vous remercier infiniment pour votre soutien qui nous a mené vers cette belle réussite 😉

à bientôt !

Publié le

Le 8 mars célèbre la journée internationale des femmes… et Perifit aussi !

Officialisée par les Nations Unies en 1977, et par la France en 1982, cette journée trouve son origine dans les luttes des ouvrières afin de revendiquer des meilleurs conditions de travail.

Perifit apporte aujourd’hui sa pierre à l’édifice en pensant avant tout au bien-être des femmes, à leur intimité et à leur confort… au travail ! En effet, il existe une panoplie d’exercices simples qu’il est possible de réaliser au bureau et qui contribuent à l’entretien de votre périnée.
En voici un que vous pouvez réaliser assise sur une chaise (nous vous déconseillons de réaliser ces exercices sans avoir consulter un spécialiste de la rééducation au préalable) :

  • Si vous êtes déjà un petit peu expérimenté, un challenge vous ai proposé en cette belle journée ! Vous savez contracter votre périnée, vous possédez les bases en position assise ? A la place de « pause-café », l’équipe Perifit vous propose « pause périnée » ! Allez on y va : Assise, dos bien droit, épaules relâchées, en soufflant : « retenez un gaz ». On monte le périnée le plus haut possible. Attention, pas de fermeture, juste périnée arrière, près de l’anus. On tient la haut 5  secondes, puis relâchement et 5 secondes de repos. Ça glisse un peu ? On renvoie rapidement, on maintien. Ça tient toujours ? On recommence, souffle, monte, bloque 10 secondes ! On répète cet exercice 10 fois de suite. Sans oublier les temps de pause !
  •  

    On enchaîne, périnée « avant », on ferme le vagin. Attention, gauche/droite synchronisée. Et pas de triche : on relâche les gros muscles arrières le plus possible. On maintient  5 secondes, puis en progression 10 secondes en fermeture. Ça va toujours ? Un peu d’expérience sur les « bons abdominaux ? ».

  •  

    Votre thérapeute vous a enseigné les bases des abdos hypopressifs ? Alors 3e exercice : on souffle, on vide tout, ventre relâché, sans pousser. En même temps, contraction forte globale du périnée : on monte, on verrouille là-haut en fermeture. Et hop, on avale le ventre : comme si on voulait mettre un jean trop petit : vers le haut et l’arrière, sous les côtes. On tient tout 10 secondes. Puis relâchement très doux du ventre et enfin du Périnée ! Pas fatiguée ? Recommencez, périnée et abdos transverse en béton assurés !

Pas mal pour votre journée boulot avec vos petites « pauses périnée » ; bientôt vos instants exercices à domicile avec votre Perifit.

Qui a dit qu’il était difficile de s’occuper de son périnée ?