meditation-609235_1280

Adoptez les pauses périnée

Premier rempart contre les petites fuites : un périnée tonique. Pour cela, quelques exercices à pratiquer soi-même, au quotidien, sont nécessaires : une autodiscipline simple, discrète mais efficace, à pratiquer à peu près n’importe où…

Pourquoi faire travailler régulièrement son périnée ?

Parce que la tonicité du périnée n’est pas acquise une fois pour toute. Comme pour n’importe quel muscle, elle s’entretient. Et ce, toute sa vie, d’autant qu’en vieillissant, tous nos tissus se fragilisent, surtout si on ne s’en occupe pas !

 

Avec quelle fréquence ?

Tous les jours, voire deux fois par jour. Cela n’a rien de vraiment contraignant dans la mesure où on fait travailler son périnée, assise ou débout et tout en faisant autre chose : à son bureau, en téléphonant, dans les transports, au restaurant, en poussant le landau…

 

Pourquoi aussi souvent ?

Le but de ces petites pauses périnée est d’arriver à une forme d’automatisme pour qu’en cas d’hyper pression abdominale (toux, fou rire, portage d’une charge…), le réflexe soit immédiat : on contracte son périnée.

 

Comment fait-on travailler son périnée en toute discrétion ? 

Tout simplement en faisant « comme si » on retenait son urine, ou un gaz ou comme si on voulait resserrer les parois de son vagin. Il faut faire cet exercice tranquillement, à l’expire et relâcher après un temps de repos assez long entre chaque contraction périnéale. Cela doit être calme et lent.

 

Faire travailler régulièrement son périnée permet-il d’éviter les fuites ?

Si cela ne permet pas d’être certaine à 100% de ne jamais avoir de petites fuites, c’est cependant le moyen le plus facile et à la portée de chacune de  mettre toutes les chances de son côté.

 

Les effets de la rééducation périnéale ne sont pas immédiats. Que faire en attendant pour rendre les petites fuites supportables ?

Utiliser des protections adaptées aux petites fuites. Conçues spécifiquement pour ce type de problématiques, elles permettent de vivre tout à fait normalement, de sortir, de faire du sport en toute tranquillité, en attendant que les choses rentrent dans l’ordre.

 

En pratique

Quand on a du mal à localiser son périnée, ce qui est le cas de 30 à 40 % des femmes qui contractent les fessiers ou les abdos en croyant contracter leur périnée, on peut pratiquer une fois, exceptionnellement « le stop pipi ». Au début de la miction, quand la pression est donc encore forte, on  bloque son urine, puis on relâche : cela  permet de sentir la contraction périnéale.

Attention, il s’agit d’un test à faire de façon exceptionnelle, et jamais plus d’une fois au cours d’une miction car on perturbe les réflexes qui permettent à la miction de se faire normalement et notamment à la vessie de se vider jusqu’au bout. D’où des risques de cystite.

Le « stop pipi » n’est en aucun cas un mode de rééducation.

Penser à faire travailler son périnée relève de l’hygiène de vie. En faire un réflexe n’est cependant pas si simple…

L’astuce : ne jamais se maquiller ou se démaquiller sans contracter son périnée. A force, cela deviendra totalement inconscient !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *